SALONS du LIVRE printemps-été 2012

 

M.J. Bonnet avec Christiane Lablancherie au SALON du LVIRE de GRANVILLE 4-5 aout 2012 photo: Joël Bellenfant

Dimanche 16 septembre je serai à ROUEN au quai des livres.

En signature:

Histoire de l’émancipation des femmes, Ed. Ouest-France

Violette Morris, Histoire d’une scandaleuse, Ed. perrin

Les voix de la Normandie combattante, été 1944, Ed. Ouest-France.

 

VOUS POUVIEZ ME RETROUVER EGALEMENT au 4e Salon du Livre « Histoire et Mémoire » à Sainte Mère Eglise les samedi-dimanche 26 et 27 mai 2012.

Le samedi matin 26 mai, j’étais à la librairie LA PLUME AU VENT, à Lisieux.

et  au 4ème Salon des Femmes de Lettres qui aura lieu cette année le 31 mai au Cercle National des Armées (8 place Saint-Augustin, Paris 8ème) de 19h30 à 21h30.

L’Eure d’été du livre, dans la galerie marchande du Centre Leclerc de VERNON, de 10h à 18h30.

– à la Librairie des Femmes, 35 rue Jacob, 75006 Paris, le jeudi 28 juin à 18h30.

– à L‘ABBAYE de Grestain (Eure)  le jeudi 12 juillet prochain à 16h sur le thème de «Les courants d’émancipation féminine au Moyen Age» suivie de la dédicace de « L’histoire de l’émancipation des femmes »

Au salon du livre de Granville, les 4 et 5 aout…

et dans l’entretien avec Claire Mélanie: (http://www.eclairement.com/Histoire-de-l-emancipation-des

et sur Radio Libertaire, émission femmes libres, mercredi 16 mai, 18h30 à 20h sur mon livre. FM 89.4. vous pouvez le réécouter sur le net. A bientôt…

Histoire de l’Emancipation des femmes, Ed. Ouest-France

En librairie le 20 mars 2012:

Qu’est-ce que s’émanciper, quand on naît femme dans une société dirigée par, et pour les hommes ? Quelles formes, quels combats, quels acquis, toujours menacés et quels courants porteurs, se manifestent au cours de l’histoire ? Comment s’articule l’émancipation individuelle et collective ? Comment les rendre visibles au moyen d’une iconographie originale ? Autant d’attentes auxquelles répond ce livre.

Pour Marie-Josèphe Bonnet, cet éveil de la conscience féminine commence au Moyen Age avec les visionnaires et mystiques qui osèrent prendre la parole dans le cadre trop étroit de la religion de Dieu-le-Père afin d’exprimer leur expérience singulière. Ces hérétiques seront rejointes par les intellectuelles, poètes, frondeuses, amazones et femmes des Lumières qui contestent l’inégalité entre les sexes tout en développant une culture des Salons. Si la Révolution française ouvre l’ère des féminismes et des combats pour les droits, d’autres formes d’émancipation s’élaborent : union libre, libération sexuelle, libre maternité, connaissance de soi et de l’inconscient, pratiques artistiques, quête spirituelle, sans oublier un engagement citoyen dans les combats collectifs. S’individualiser en tant que femme, déconstruire les normes sexuelles, conquérir sa liberté et sa place dans la Cité, tel peut-être le défi de l’émancipation qui concerne les hommes tout autant que les femmes. Histoire de l’émancipation des femmes

vous pourrez m’écouter sur RTL  le 8 mars, de 15 à 16h…
Jeudi 08 mars : L’histoire de l’émancipation des femmes – avec Marie-Joseph Bonnet, historienne –

« http://www.rtl.fr/emission/on-est-fait-pour-sentendre/billet/jeudi-08-mars-l-histoire-de-l-emancipation-des-femmes-avec-marie-joseph-bonnet-historienne-7744918958 »

vous pouvez aussi lire la notice d’Evelyne Bloch Dano dans le Marie-Claire de ce mois-ci (mars-avril)

 

CONFERENCE à la MEDIATHEQUE ANDRE MALRAUX de LISIEUX (14)

          Samedi 10 mars 2012, 15h:

Les   DIFFERENTES DIMENSIONS de L’EMANCIPATION des FEMMES en FRANCE DEPUIS 1945. … depuis l’acquisition du droit de vote : Mouvement de Libération des Femmes, liberté sexuelle, création, pensée, mobilisations collectives et individuelles.

 

Petit compte rendu de ma conférence à Beuzeville sur Violette Morris

conference violette morris16-4-2011 Beuzeville
Plus de 75 personnes sont venues samedi dernier à la salle du conseil de la Mairie de Beuzeville pour ma conférence sur Violette Morris. Du jamais vu à plus d’un titre puisque c’est la première fois qu’un tel sujet était débattu en public, avec des personnes qui avaient croisé Violette Morris, et dans la ville même où habitaient les Bailleul, tués par le maquis Surcouf.
Autant dire que l’opération était risquée…
Mais.. M. Le maire, Jean-Pierre Flambard, a présenté la réunion suivi de Samuel Grente, l’organisateur de la rencontre…
et, j’avais apporté des documents d’archives…
Il était évident que les gens voulaient entendre une autre version des faits, en discuter, échanger, se faire leur propre opinion, et en
discuter avec une historienne après avoir écouté mon exposé dans un silence attentif.
La rencontre a duré plus de deux heures 30.
Les enfants Bailleul (tués dans l’attentat) ont été définitivement lavés de l’accusation d’avoir dénoncé leur professeur à Honfleur
(accusation « justifiant » leur mort) ainsi que la famille Bailleul, victime de projections haineuses, comme il arrive souvent en temps de
guerre.
Des questions ont été soulevées comme celle-ci: Pourquoi n’a -t-on pas attendu de juger Violette Morris?
Est-ce qu’elle dérangeait ?
Est-ce Violette Morris qui était visée dans l’attentat ou les Bailleul, etc.

Personnellement, je trouve que cette rencontre a été très importante, notamment pour commencer à échanger autour de l’inévitable culpabilité collective liée à ce type d’événement.
car si le maquis Surcouf a assumé la responsabilité collective de « l’exécution » des six personnes, refusant de dire qui avait tiré, la « faute » due à l’erreur de jugement sur la dangerosité des personnes tuées n’a pas été levée…
C’est donc à un travail de libération collective, par le biais de la confrontation aux archives, de la recherche de la vérité et de la parole, que nous avons tous procédé au cours de cette rencontre très passionnante.

SOUVENIRS de GUERRE 1914-1918 de André LETAC

André LETAC, Souvenirs de guerre 1914-1918

A l’occasion de la sortie du livre, une rencontre-dédicace aura lieu

– Librairie LA PLUME AU VENT, le samedi 27 novembre de 10h30 à 12h30, avenue Victor Hugo à LISIEUX (14100)

– Salon du livre de BEUZEVILLE le dimanche 28 novembre toute la journée.

« Je veux tout simplement raconter ce que j’ai vu, subi, enduré », écrivait André Letac dans l’introduction de ses souvenirs de la guerre de 1914-1918. Ce qui aurait pu être un simple témoignage sur la vie des poilus, devient sous sa plume un récit d’une force poétique étonnante, où se mêle le regard quasi expert du combattant de première ligne, les impressions d’un artiste touché par la beauté du « spectacle de la guerre », et l’indignation d’un patriote devant les souffrances endurées par les « pauvres poilus ».
Originaire du Pays d’Auge, André Letac avait 24 ans lors de la mobilisation générale et venait de se marier. Il participa aux batailles de Charleroi, Guise, la Somme, l’Artois et Verdun, où il est fait prisonnier en juin 1916. Interné à la citadelle de Mayence puis au camp de Strassburg Westpreussen, il nous livre alors un récit de la vie de prisonnier en Allemagne d’une singulière acuité. Un seul regret, qu’il ait tenu secret ses cahiers que son épouse découvrira dans son bureau, au fond de son armoire normande, à sa mort en 1957. Voilà un grand texte sur la Première Guerre Mondiale qui révèle un véritable talent d’écrivain.

L'Éveil du 30-11-2010 au salon du livre de Beuzeville

Marie-Josèphe BONNET, Les Voix de la Normandie combattante- Été 1944

J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon livre:

Les voix de la Normandie combattante – Été 1944. Marie-Josèphe Bonnet, Éditions Ouest-France, 2010. ISBN : 978-2-7373-5079-5.

Les voix de la Normandie combattante-Été 1944, Éd. Ouest-France
Les voix de la Normandie combattante-Été 1944, Éd. Ouest-France

Voici réunis pour la première fois une soixantaine de documents inédits rédigés par des FFI, des résistants ou de simples témoins, sur leur action durant la bataille de Normandie. C’est une histoire bien différente de l’histoire officielle que nous racontent ces paysans, ces notables, artisans, mères de famille, instituteurs, gendarmes ou curés de village, telle qu’ils l’ont vécue de l’autre côté de la ligne de front, au cœur de la puissance ennemie et sous les bombes anglo-américaines. Pourquoi la résistance s’est-elle trouvée si désarmée à la veille de la libération ? Pourquoi a t-elle été ignorée si longtemps par les Alliés, quel est son rôle exact dans les opérations et surtout, comment a –t-elle pris en main son destin, c’est ce que nous racontent ces récits passionnants, animés tout à la fois par la fierté de combattre pour sa liberté, la peur et le chagrin devant les morts et les destructions. À travers les questions qu’ils soulèvent, on se rend compte que la Normandie ne fut pas seulement le territoire où s’est jouée la victoire militaire sur le nazisme. Elle est aussi un terrain d’affrontement politique entre les alliés anglo-américains et la France combattante du général de Gaulle qui lutte pour retrouver sa souveraineté et sa grandeur.

Marie-Josèphe Bonnet est originaire du Pays d’Auge. Docteur en histoire, historienne d’art, écrivaine et conférencière, sa thèse, « Les relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle » , a été plusieurs fois rééditée. Elle a publié récemment aux éditions de La Martinière « Les femmes dans l’art », et chez Odile Jacob « Les femmes artistes dans les avant-gardes ». Elle travaille actuellement sur la période de l’Occupation, tout en poursuivant ses recherches sur l’art et le féminisme.

Le désir homosexuel féminin est-il un fait naturel?

Entretien avec Elise Thiébaut sur mon livre Qu’est-ce qu’une femme désire quand elle désire une femme ?

Élise Thiébaut – Le désir lesbien n’est pas frappé d’un interdit religieux et profane dites-vous. Alors pourquoi est-il réprimé, pourquoi les féministes en ont peur et surtout, pourquoi la société le refoule-t-elle au point de le nier, de l’occulter ou d’en faire l’épouvantail de la libération des femmes ?

MJ Bonnet : Ce qui m’a frappé quand j’ai commencé mes recherches c’est de voir que les deux désirs maudits dans la Bible étaient le désir hétérosexuel féminin – et j’analyse l’épisode de la naissance d’Eve et sa punition dans Genèse – et le désir sodomitique (la pénétration anale). La question du désir féminin est donc à la base de la religion des patriarches et de notre culture judéo-chrétienne. Que désire Eve dans l’Eden ? Elle désire les fruits de l’arbre de la connaissance. Et comment Dieu la punie-t-elle d’avoir transgressé l’interdit de la connaissance ? En lui disant : « Ton désir se tournera vers l’homme et il dominera sur toi ». Autrement dit, la religion des patriarches s’impose sur celle des Déesses Mères de l’Antiquité par le biais du désir hétérosexuel féminin conçu comme instrument de domination par l’homme. Dans la Genèse, l’hétérosexualité et la maternité ne sont pas du tout appréhendés comme quelque chose de naturel, mais la conséquence d’une transgression. C’est extraordinaire. Continuer la lecture de Le désir homosexuel féminin est-il un fait naturel?