« Un réseau normand sacrifié » – Réseau Jean-Marie du SOE 1944- Ed. Ouest-France

Présentation du livre avec une vidéo réalisée par Caroline Thion-Poncet que je remercie:
http://dai.ly/x53hlwf

Parmi les faits les plus mystérieux qui sont survenus durant la bataille de Normandie, l’installation de l’agent double Robert Kiffer au sud de Lisieux, comme membre du « circuit SOE Donkeyman » dirigé à Londres par Maurice Buckmaster et en France par Henri Frager demeure l’un des plus surprenants.
Il est difficile en effet de croire que les anglais ne savaient pas que le réseau Jean-Marie était infiltré par un, puis deux agents doubles travaillant pour les Allemands et les Anglais à la fois. Mais pourquoi leur parachutent-ils des armes jusqu’en mai 1944, sachant qu’une partie est récupérée par les Allemands tandis que les FFI en sont cruellement privés ? Quelle est la stratégie des services secrets SOE anglais ? Intoxication de l’ennemi ? Faire place nette pour avoir les mains libres lors du débarquement ?
Résistance MJBONNET001– article de Monique Bourlé, Ouest-France, mardi 8 mars 2016
A travers l’histoire du groupe « Michel de Normandie », de l’attentat manqué en septembre 1943 contre le collaborateur de Trouville Louis Laplanche, de la féroce répression qui s’ensuit faisant plus de soixante-dix victimes, du démantèlement du réseau puis de sa reconstitution dans le Pays d’Auge et l’Yonne, nous suivrons le dramatique engrenage d’une stratégie qui n’hésite pas à sacrifier des hommes et femmes remarquables.
Sur fond de trahison et de duplicité, se déploient des relations complexes entre le « War Office », les services secrets allemands et des résistants normands en grande partie manipulés par des enjeux qui les dépassent.
Articles parus dans l’Eveil de Lisieux durant l’été 2011
Réseau Jean-Marie Buckmaster
Démantèlement du Réseau Jean-Marie Buckmaster

Une réflexion au sujet de « « Un réseau normand sacrifié » – Réseau Jean-Marie du SOE 1944- Ed. Ouest-France »

  1. Bonjour, je m’appelle Yvon KERGROAS, ancien professeur d’histoire, puis Principal du Collège Gustave Téry à LAMBALLE, je me permets de prendre contact avec vous pour la raison suivante.:
    Un nouveau collège va être inauguré à LAMBALLE. Le Président du Conseil Départemental annonce qu’il va lui donner le nom de Marie Madeleine nord,DIENESCH femme politique de la IV ème puis de la Vècôtes du me République. Un de ses arguments est que  »cette femme résistante[…]dont le courage et l’engagement dans la Résistance puis au fil de sa carrière politique[…]en font une femme remarquable. »
    Or Christian BOUGEARD professeur d’histoire à l’Université de RENNES 1,à propos de Marie Madeleine DIENESCH, écrit dans un article publié en 1998 dans la revue CLIO: »Elle aurait appartenu à Libération-Nord et possède effectivement sa carte en 1945,mais compte tenu des phases de structuration du mouvement dans les Côtes du Nord, cette action n’a pu s’exercer qu’en Normandie. »
    Marie Madeleine Dienesch, professeur au lycée Renan à St-Brieuc a obtenu- « pour raisons de rapprochement familial » selon une de ses anciennes collaboratrice-sa mutation pour LISIEUX où elle a exercé pendant la seule année scolaire 1943-1944 avant de revenir à St-Brieuc pour la rentrée d’Octobre 1944 .
    Ayant eu connaissance de vos travaux sur la Résistance dans le Calvados et en particulier à LISIEUX, je me permets de vous demander si vous avez eu connaissance de documents permettant de valider l’action de Marie Madeleine DIENESCH comme Résistante en NORMANDIE.
    Je vous indique pour information que les parents d’élèves ont, pour leur part,lancé une pétition contre cette dénomination du nouveau collège, reprochant à Marie Madeleine DIENESCH son opposition à la contraception et à l’avortement.
    Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire et je vous serais très reconnaissant de me faire savoir si vous avez entendu parler de Marie Madeleine comme Résistante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *