jan 222011
 

Une lecture de « L’étrange défaite » de Marc Bloch, par Marie-Jo Bonnet

« Il est bon qu’il y ait des hérétiques ».

Il est difficile de lire le « témoignage » de Marc Bloch sans être secouée d’indignation. À cause, d’abord, du sacrifice de sa vie que cet éminent historien du Moyen Age consenti pour la Libération de notre pays. C’est vraiment cher payer un tribut du sang pour lequel il avait déjà plus que donné durant la Première Guerre mondiale. A cause, aussi, des circonstances dans lesquelles il a été amené à écrire ce document. Professeur d’histoire à la Sorbonne, il a été révoqué pour ses origines juives, puis « relevé de déchéance » avec d’autres universitaires pour « services scientifiques exceptionnels rendus à l’État français ». Marc Bloch entrera dans la Résistance à Lyon, où il est arrêté le 8 mars 1944, torturé par la Gestapo et fusillé alors que les Alliés viennent de débarquer en Normandie. Continue reading »

Bad Behavior has blocked 556 access attempts in the last 7 days.